Direction l’Australie pour Louis B.

Louis B. a 15ans lorsqu’il part pour 6 semaines à 17 000 kilomètres de sa famille, de ses repères : direction l’Australie !

Ses parents vont lui proposer des vacances australiennes. En effet, ils ont été sensibilisés à cette aventure unique via le monde professionnel de sa mère, enseignante. Louis a entendu parler des progrès avérés en anglais suite à l’immersion totale au Canada d’un ami. Doublement convaincu : ce jeune homme dynamique et curieux s’embarque pour une aventure de 6 semaines !

Il fait le voyage avec le groupe de Français. Ce premier gros voyage en avion est son premier et tout se passe bien. Louis se rappelle à son arrivée en Australie, qu’au moment de passer la douane un chien renifleur détecte quelque chose dans le bagage d’un de ses compatriotes… un camembert ! Le cadeau le moins adapté à l’Australie très à cheval sur le contenu des bagages pour préserver son environnement, son écosystème.

Problème avant le départ … Louis ne pourra pas aller à Tintern et doit changer de famille. Pas de souci, Christine « gère » et Louis s’adapte et va aller à la rencontre de cette nouvelle famille et école. La rencontre « impromptue » avec son correspondant ne donnera pas lieu à une grande histoire d’amitié mais les sorties et l’accueil de cette nouvelle famille lui laissent de bons souvenirs.

Les premiers jours, premières semaines : tout est nouveau, tout est beau du coup « on ne ressent pas de suite le mal du pays, de ses proches ».

Mais entre les périodes dans l’établissement, le sorties et les visites organisées et celles prévues par la famille, le spleen ne s’installe jamais trop longtemps. Quand on demande à Louis ses meilleurs souvenirs on trouve du sport, des kangourous, et la Great Ocean Road !

La visite du Melbourne Cricket Ground, ou MCG. LE stade de football australien est aussi un super moment pour cet amateur de sports. Son séjour en Australie, où le football local est très prisé, est aussi l’occasion de découvrir les règles de ce sport : « il n’y a pas de sanction pendant le temps de jeu, pas de cartons ni jaune, ni rouge, pas d’exclusions. » Les sanctions à l’égard des joueurs se font en dehors du terrain ! Les billets sont accessibles et Louis recommande à tous d’y aller au moins une fois car l’ambiance est unique !

La rencontre des kangourous lors d’une visite d’un zoo endémique (qui présente uniquement animaux australiens) est un bon souvenir ! Ce qui est étrange c’est la sensation d’être écrasé en ville, par la hauteur des buildings : « A Bordeaux la ville est basse ».

Une autre sortie de prévue qui a marqué Louis c’est une sortie sur la Great Océan Road, avec des arrêts aux points de vue sublimes !

« J’ai mangé du Kangoo, trop cuit ! »

Le système des transports en commun à Melbourne est très bien organisé, et complémentaire. « On ne paye pas un trajet mais une distance », précise Louis, en montrant sa carte de transport : souvenir !

Petit bémol : la qualité du Wi-Fi n’était pas optimale pour conserver un contact régulier avec ses parents, Louis le regrette un peu mais il est ravi de ses progrès en anglais et de l’autonomie et la maturité que cette expérience extraordinaire lui a permis d’acquérir.

L’Australie, comme le Canada sont des destinations privilégiées des jeunes Français en mal d’aventures…qui ne mesure pas toujours les différences culturelles dans cet environnement semblable au nôtre, les Australiens en majorité sont très courtois, attentifs, et prévenants. « Les Australiens l’entendent de suite quand on est français » dit Louis avec le sourire, faisant référence à notre accent !

Louis comprend et parle anglais couramment aujourd’hui et c’est un atout pour sa poursuite d’étude. Il est aujourd’hui en BTS aéronautique et c’est un secteur ou la langue anglaise est essentielle ! Il avoue mieux comprendre l’accent australien que celui plus classique de la BBC et s’en amuse. « La différence d’accent entre les Australiens du centre, de la ville et ceux du bush est très audible. »